2018, ou la fin de l’hégémonie du navigateur web

2018, ou la fin de l’hégémonie du navigateur web

Dans un monde régi par l’Internet des objets (IoT), notre dépendance envers les navigateurs va commencer à diminuer. Combiné aux applications mobiles, aux interfaces de RA et aux interactions vocales, le navigateur deviendra un canal parmi tant d’autres, et ne sera plus le véhicule de facto pour acheter numériquement produits ou services.

Même si le navigateur restera une interface essentielle, les consommateurs et les acheteurs assoiffés de commodité utiliseront d’autres moyens pour effectuer leurs transactions. Ce sera chose désormais possible grâce aux appareils mobiles, à l’intelligence artificielle conversationnelle, à la réalité augmentée et aux dispositifs interconnectés, sans oublier les données qu’ils produisent.

En fait, de nombreuses plateformes ne dépendant déjà plus entièrement du trafic du navigateur. Les améliorations au paiement mobile, la facilité d’achat à partir de périphériques non PC, les fonctions locales d’inventaire et de cartes de Google, l’intégration avec les médias sociaux, etc. créeront des expériences d’achat fluides, centrées sur l’utilisateur et sans navigateur – et ce, dès 2018.

Certains marchands B2B mettent déjà à la disposition de leurs utilisateurs – les techniciens en ventilation qui travaillent souvent sur les toits, par exemple – des applications donnant accès à des outils de diagnostic, à des informations techniques, à des guides d’installation, à des renseignements sur les produits, à la disponibilité locale des stocks et à des capacités de commande, et ce, directement depuis une application mobile.

Achats 100% mobiles

À mesure que la découverte de produits – qu’elle soit photographique ou vocale ; par le biais de l’inventaire local et d’achats locaux ; ou avec paiement mobile (renseignements détaillés sur le compte, le paiement et la livraison) – deviendra plus facile et interconnectée, l’expérience d’achat sans navigateur gagnera du terrain en tant que mode de transaction sans heurts, remplaçant la nécessité du navigateur.

Les produits de base et les biens de consommation courante – dont le réapprovisionnement est facile – ainsi que les achats dont le renouvellement est aisé, sont tous mûrs pour les fonctions de réapprovisionnement automatique – il suffit de penser au lait, aux ampoules, aux piles, au papier pour imprimante ou au café. Le réapprovisionnement de telles denrées sera en fait plus simple sans navigateur. Ce marché est également au cœur de la lutte que se mènent Walmart et Amazon pour le consommateur numérique.


Pas de commentaires

Ecrire un commentaire
Pas de commentaire actuellement! Vous pouvez être le premier à commenter cette article!

Ecrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié
Les champs requis sont indiqués*